Aller au contenu

Le départ en mission

Depuis la Pentecôte, les apôtres sont en mission : l’auteur des Actes prend soin régulièrement de mentionner la croissance et le développement de l’église. Mais avec le premier voyage apostolique de Saint Paul, une dynamique nouvelle apparaît. C’est toujours l’Esprit Saint qui appelle à la mission, mais il se manifeste différemment.

La première manière, c’étaient les circonstances : au gré des persécutions, les chrétiens qui fuient témoignent naturellement là où ils se réfugient. La deuxième manière, c’était la demande : lors d’une rencontre (le fonctionnaire éthiopien ou le centurion Corneille), les apôtres répondent à une sollicitation. Ce qui apparaît maintenant, c’est une troisième manière : la décision. Paul et Barnabé prennent l’initiative et s’organisent pour annoncer l’évangile.

Un chrétien ne peut s’exempter de la mission, mais il pourrait se limiter à l’une ou l’autre des modalités exclusivement. La Parole de Dieu nous invite à les assumer toutes les trois en temps voulu. Refuser de s’adapter aux circonstances pour faire progresser le Royaume, ce serait faire de l’évangile une idéologie. Ne pas répondre aux attentes de ceux que le Seigneur met sur notre route, ce serait faire du christianisme un totalitarisme. Mais renoncer à prendre l’initiative et attendre passivement d’être obligé de témoigner est presque pire, car c’est renoncer à aimer : l’amour comporte nécessairement un choix, et aimer Dieu implique de le partager, avec pragmatisme et respect, mais aussi conviction

Charles Mallard +

HORAIRES

PRIER

AGENDA

PARTICIPER & AIDER

Faire défiler vers le haut