Aller au contenu

Quel sera notre monde d’après ?

Voilà trois semaines que, moyennant quelques précautions, nous pouvons vaquer librement, et depuis quelques jours nous pouvons aussi nous retrouver pour les célébrations dans nos églises. Certains ressentent le « syndrome de la cabane », hésitant à profiter de ce dont ils se sont passés depuis des mois. D’autres s’enthousiasment en pensant que c’est l’occasion de repartir sur de nouvelles bases, un « monde d’après » qui n’est pas sans inquiéter ceux pour qui le confinement a douloureusement brisé ce qu’ils avaient patiemment construit. Plus que jamais nous voilà placés devant la question essentielle : qu’attendons-nous ?

La lecture des chapitres 26 à 28 des Actes des Apôtres nous introduit au thème du salut. Paul connaît une série d’heureux dénouements : comparution devant Agrippa, tempête et naufrage à Malte, séjour à Rome, chaque fois la lumière triomphe des ténèbres. Sans négliger la satisfaction d’une relaxe, d’un sauvetage ou d’une guérison, c’est pourtant le souci du salut de ceux qu’il rencontre qui guide l’apôtre. Le confort de la terre est signe du bonheur du ciel si l’on n’en fait pas le but de notre vie.

Veillons à ne pas nous tromper d’horizon : résistons à l’angoisse qui paralyse, à l’idéologie qui leurre, ou à l’insouciance qui endort. Seule l’espérance peut nous faire avancer. Le monde d’avant nous a conduit là où nous sommes, le monde de maintenant est ce que nous en ferons, mais le monde d’après, c’est le cœur de Dieu et c’est cela que nous devons rechercher !

P. Charles Mallard

HORAIRES

PRIER

AGENDA

PARTICIPER & AIDER

Faire défiler vers le haut